"Enjoy Poverty" Renzo Martens

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_field.inc on line 1147.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 587.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 587.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_query::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit($form, &$form_state) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_query.inc on line 169.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 136.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of content_handler_field::element_type() should be compatible with views_handler_field::element_type($none_supported = false, $default_empty = false, $inline = false) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/cck/includes/views/handlers/content_handler_field.inc on line 229.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 917.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 917.
  • strict warning: Declaration of views_handler_relationship::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_relationship.inc on line 145.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area.inc on line 81.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area_text::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area_text.inc on line 121.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_pager_none::post_execute() should be compatible with views_plugin_pager::post_execute(&$result) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_pager_none.inc on line 69.
"Enjoy Poverty" Renzo Martens
L'artiste hollandais Renzo Martens présente un film d'art, Episode 3 : Enjoy poverty. Ce film se positionne comme une vaste performance artistique. En quelques minutes, nous comprenons que ce n'est pas simplement un film sur pauvreté de ce vaste pays riche en ressources de tout genre , mais un film sur le rôle de la caméra dans la guerre, sur l'éthique.

Dans ce 3e opus, Martens intérroge les populations qu'il rencontre dans sa longue traversée du Congo « Que pensez vous de la pauvreté? ». Le fait est alors entendu, Renzo Martens soulève des questions : sur la double morale de l’aide au développement, sur la mise en image perverse de la pauvreté parfois avec le soutien des ONG et leurs programmes d'aides alimentaires, mais aussi sur la responsabilité de l’artiste en tant que corps politique.
Alors même que les exportations africaines historiques telles que l’or et le cacao, sont le jeu d'une concurrence massive entre les multinationales sur le continent européen, américain et maintenant asiatique, les fournisseurs de cette matière première n’en profitent pas, ou à peine.
L'artiste néerlandais Renzo Martens lance un programme qui vise à faire prendre conscience aux citoyens congolais -par extension à d'autres pays africains- de leur capital principal : la pauvreté.
Que faire face au drame ? Témoigner ou non. C'est dans cet optique que la guirlande lumineuse « Enjoy poverty » traverse le fleuve Katanga à la rencontre des populations. L'impératif par lequel l'artiste suggère d'aimer la pauvreté est en bref une proposition de vendre la pauvreté qui est une richesse en soi. L'image de la misère africaine draine beaucoup d'argent pour les chaînes de télévision et pour les reporters photographes. C'est là que commence le raisonnement du vidéaste hollandais. Si les images de la famine, des réfugiés, de la pauvreté et de la misère rapportent beaucoup aux occidentaux, les africains devraient en profiter en priorité.

L'expérience artistique établit alors un parallèle entre population en attente de la bonne fortune – relevant parfois de l'utopie- et le monde réel dans lequel il se trouve enfermé.
En quelques minutes, nous comprenons que ce n'est pas simplement un film sur la pauvreté mais sur le rôle de l'image en situation de conflits, sur cette dichotomie entre l'image incontournable et l'incontournable de l'image par le jeu de l'auto mise en scène. Dans cette traversée de la forêt, il remet en mémoire le parcours de blancs venu en Afrique puiser dans ses richesses y compris, dans la pauvreté.
Alors que nous oscillons entre deux mythes opposés, celui de l’image miroir du monde et celui de l’image modelable à souhait, il paraît nécessaire de s’interroger sur les usages médiatiques de la photographie. C'est ainsi que ce document filmique se tourne peu à peu sur un enjeu majeur du photojournalisme en Afrique. La presse traditionnelle fournit-elle encore des débouchés aux reportages photographiques? Si c'est le cas, les opportunités de photographier la misère africaine n'est pas l'apanage des photoreporters locaux. Ceux- ci s'isolent dans un genre dit commercial . Il existe de nombreux studios ou les gens aiment aller se faire photographier, soit pour garder les images à la maison ou pour les expédier à la famille en exil. L'état de ces lieux nous montre bien les conditions de la pratique photographique en Afrique. Le délabrement de ces espaces est bien le signe d'une pénurie de moyens financiers pour ce qui a trait aux pratiques artistiques. Ainsi, de la misère africaine, les artistes tireront plus de bénéfices à la condition d'avoir un statut professionnel. Les systèmes d’apprentissages comme partout en Afrique restent précaires, ceci justifie une formation sur le tas de nombreux photographes professionnels. A ce manque, s’ajoutent une carence des échanges avec les autres professionnels du reste du monde, ainsi que l’absence d’un statut reconnu et soutenu par un organisme de défense de la profession.
Les enjeux éthiques posés par le médium photographique dans le domaine de l’information pose de façon aiguë la question des limites de la création et de la diffusion de l'image photographique ainsi que la question du discours qui accompagne ces images. La volonté de permettre une diffusion d’images prises par les africains pour représenter leurs propres conflits sociaux et politiques semblerait trouver avec difficultés ses marques.

Ce projet artistique et document montre avec pertinence le va-et-vient entre l’image et l’Histoire, et notamment la nécessité de voir pour croire. Les intentions de cet artiste n'ont rien de subversif ou de revendicatif. Et si le véritable problème de l’Afrique n’était qu’un problème d’Image? L'image que les autres ont de l’Afrique. L'image que les Africains ont d’eux mêmes. Si l'image est le problème, l'image est aussi la solution. Le vidéaste a cherché à rendre une idée, une atmosphère. S'appuyant sur des évènements réels d'une part et sur l'installation qui serait plus une démarche de création artistique d'autre part, ce documentaire est un travail de l'image filmique comme art contemporain.

Publié par: 
Yves Chatap
25 Octobre, 2011