Feminisme et photographie

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_field.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_query::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit($form, &$form_state) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_query.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of content_handler_field::element_type() should be compatible with views_handler_field::element_type($none_supported = false, $default_empty = false, $inline = false) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/cck/includes/views/handlers/content_handler_field.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_relationship::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_relationship.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area_text::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area_text.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_pager_none::post_execute() should be compatible with views_plugin_pager::post_execute(&$result) in /home/vusdafri/www/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_pager_none.inc on line 0.
Feminisme et photographie
Feminisme et photographie
Feminisme et photographie
Feminisme et photographie
Feminisme et photographie
Au cours du XXème siècle, les femmes artistes ont sans aucun doute ouvert une brèche dans le domaine de la représentation de la féminité, prélude à des changements d'une autre nature dans une société où l'image véhicule des valeurs et contribue à une certaine conception des relations entre hommes et femmes. Comment ne pas souligner cette profusion, en ce mois de mars, d’expositions proposées autour des la femme et ses différents combats. Quelle place et quelle visibilité pour les femmes dans le champ de la création artistique ?

Voilà les femmes artistes classées à part, nous qui pensions que cette mauvaise affaire relevait du passé… 
Croit-on aujourd’hui encore qu’une artiste femme n’est pas une vraie artiste ? N’est-ce pas un combat dépassé? Reflections on the self : Five African Women Photographers, qui nous servira d’exemple dans cet article. De nombreux autres événements («elles@Pompidou », « Photo, femme, féminisme »…) autour de la femme et l’art contemporain renforcent cette idée que la place de la femme dans la création contemporaine reste encore à construire. Femme ou homme, c'est l'artiste qui compte.
La série …d’Hélène Amouzou ne se pose pas réellement sur le statut de la femme artiste, ce sont les événements vécus au quotidien, qui font qu’elle en vienne à se poser des questions sur la mémoire au féminin qui fait partie au final d’une mémoire universelle.
Le combat des femmes tend à critiquer l’ordre établi des choses et à dénoncer les significations culturelles sous-jacentes. Il est le reflet des points de vue politiques sur la différence.
La plasticienne Majida Khattari, dans sa série « les parisiennes » invite le spectateur à reconsidérer certains postulats sociologiques ou religieux. C’est dans une interprétation subjective que la plasticienne expose son corps de femme. Ses photographies sont porteuses d’un questionnement sur la représentation du corps féminin dans les sociétés musulmanes. Les expressions corporelles, que met en œuvre Majida Khattari, deviennent alors la seule référence pour une identité en totale recomposition. En désacralisant, par l’image, toute forme dominante de pensées, l’artiste fait de son corps un outil de réflexion sociologique et politique participant à la redéfinition de la condition de la femme notamment dans de multiples pays arabes.
En Afrique être une femme, renvoie en grande partie à une considération du corps féminin comme produit de consommation, un objet de désir. Etre une femme et artiste travaillant sur la question de l’objet, invite à une autre forme de réflexion. Qu’est-ce que l’objet, qui est l’objet, comment s’inscrire dans cet objet ? Les autoportraits de Seynat Samuel, sont l’occasion, à travers ce jeu de miroirs dans toutes les images, d’interroger le sens du double «je» de la femme-artiste.
Ces problématiques ne sont pas symptomatiques au seul continent africain et, par conséquent, une prise de conscience face à la condition des artistes femmes d’autres régions du monde implique naturellement un engagement militant. La commissaire à travers sa sélection participe, à sa manière, à cette lutte des sexes. Elle consacre d’ailleurs une autre exposition pluridisciplinaire « Kaddou diggen/la parole au femmes » sur le travail de huit artistes femmes au Manège de Dakar. C’est politique dans le sens où c’est, peut-être, le continuum d’une histoire personnelle et culturelle.
Dire d'une production artistique qu'elle est "sexuée" reviendrait à dire qu'elle affiche une intention quelconque liée au sexe au-delà des objets de représentation qu'elle se fixe. Sa particularité esthétique tiendrait dans la suggestion d'une distinction identitaire ou libidinale de l'artiste, influençant sa perception du monde. Il s'agit là d'un état de différence exprimé, même s'il n'est pas revendiqué, par rapport à des normes sociales dans les rapports entre les sexes. Si une telle veine artistique est clairement repérable dans la production occidentale, où triomphe la singularité de l'artiste et des sous-groupes qui composent la société, ce type d'approche ne va pas sans poser quelques problèmes dans un contexte africain très sensible aux enjeux communautaires.
La photographe Zanele Muholi va plus loin dans cette interrogation de la différence et pose son regard sur le genre. Son travail est politique et revendicatif. Cette sud-africaine n’aborde pas les problèmes de race et de sexualité de manière exotique comme ce fut le cas chez certains photographes. En nous introduisant dans son intimité, Zanele Muholi tente d’opérer une capture de ce monde intérieur qui relie les êtres. Ses images sont soumises à une loi sous-tendant un interdit. Un interdit qui fait de ces photographies le lieu d’un bouleversement, voire d’une transgression. Soulignons que le combat des femmes a participé à l’émergence d’autres minorités. Le recours à la photographie a pour effet l’immédiateté et un questionnement plus efficace sur l’attitude et les valeurs d’une société.

Alors que la mode s’est affichée dans les studios des photographes tel que Sidibé ou Keïta, la jeune photographe affiche sans complexe les évolutions des mentalités sud africaines, qui depuis l’Apartheid, se réapproprient un outil et un espace urbain interdit autrefois. Elle témoigne de la vie et de la ville et montre à travers ses observations précises le dynamisme de cette jeunesse à la recherche de sa propre identité à travers la mode.
Sur le continent africain, à quel degré ceux ou celles qui se réclament de l'art contemporain mondial sont-il limités dans les contenus esthétiques et éthiques qu'ils déploient, de leur lieu de vie aux contextes d'exposition ? A-t-on un juste reflet des sensibilités esthétiques des deux sexes. Effectivement, sur le continent africain, il y a très peu de femmes artistes. Il y en a un peu plus dans les Caraïbes ou au niveau des diasporas. C'est en train de bouger avec les jeunes de moins de trente ans, mais les femmes représentent quand même moins de 30% de l'ensemble. Des générations qui ont démarré dans les années 60, il n'y a que peu de femmes africaines reconnues en tant qu’artiste dans la photographie.

Il semble bien qu’en ce début du XXIe siècle, l’art contemporain, plus spécifiquement le domaine de la photographie et la vidéographie, se définisse par la relation qu’entretiennent les femmes avec le corps et la sexualité. Ces données sont culturellement construites par la société et sont le résultat d’une politique et d’une vision scientifique propre à notre société.

Publié par: 
Yves Chatap
25 Mars, 2011